Comment bien nourrir son chien ?

De très nombreux propriétaires ont encore ce comportement anthropomorphique qui veut que le chien devienne un être humain. …n’a pas nos habitudes alimentaires.
C’est un carnivore non strict et pas un omnivore. Il digère aussi bien les protéines végétales, que les protéines animales, mais peut assimiler, contrairement à nous, de grandes quantités de graisses. Le chien ne tolère l’amidon comme source d’énergie que dans la mesure ou il est parfaitement cuit et dans une proportion qui respecte ses contraintes physiologiques. Ses besoins en vitamines et en minéraux, enfin, sont également très différents de ceux de l’homme.

Les 10 différences majeures entre l’homme et le chien.

1 - Il possède 5 fois moins de papilles gustatives que l’homme.
2 - Il avale sa nourriture sans la « goûter ».

Ses mâchoires sont faites pour cisailler,mais pas pour mâcher.

3 - Il ne possède pas d’enzymes digestives, donc il n’y a pas de pré-digestion avec la salive.
4 - Son estomac (adapté à des repas rapides) peut prendre un volume très important.
5 - Il possède 10 fois plus de cellules pour l’odorat que l’homme.
6 - L’intestin grêle est court, ne permettant pas de bien digérer les glucides.

Il ne tolère l’amidon que lorsqu’il est parfaitement cuit.

7 - Sa flore intestinale comporte 10 fois mois de bactéries que celle de l’homme

(qui est omnivore et qui a donc plus de variétés d’aliments à digérer).

8 - Il peut assimiler, contrairement à nous, de grandes quantités de graisses.
9 - Ses besoins en minéraux et vitamines sont très différents de ceux de l’homme.
10 – L’acidité de l’estomac est bien plus forte chez le chien que chez l’homme.

Conclusion

Comme l’indique Roger Wolter, professeur de Nutrition à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, « la ration ménagère demeure assez compliquée et difficilement précise. Les aliments préparés grâce aux méthodes industrielles offrent la possibilité d’un rationnement plus sûr, plus précis, plus pratique et généralement plus économique.
De plus, il est préférable de donner le même aliment tous les jours, servi dans la même gamelle, au même endroit et à la même heure.